Des nouvelles de l’UNESCO

L’OIEC a participé au séminaire organisé à l’UNESCO à Paris du 20 au 24 mars sur l’éducation en situation de crise et d’urgence. L’objectif de cette rencontre était d’attirer l’attention sur la réalité éducative en situation d’urgence. Il est rappelé qu’il y a 65 millions de personnes déplacées dans le monde et que seuls 22% ont accès à l’éducation. Un lien doit être fait entre les réfugiés et les enseignants des pays d’accueil. Il faut une réelle inclusion des déplacés et réfugiés dans les pays d’accueil. Divers témoignages provenant de divers pays ont été présentés lors de cette rencontre.

Au Rwanda, l’éducation permet aux réfugiés de s’adapter et d’obtenir un diplôme. En Afrique, on dispose d’une bonne expérience d’apprentissage dans les camps de réfugiés et pour les enfants handicapés. En Chine, comme en Russie, un effort de scolarisation pour les enfants des campagnes les plus reculées est mené.

En Norvège, 25% des jeunes ne savent pas utiliser un ordinateur, le numérique n’est pas la solution magique. Avant d’investir, il faut réfléchir aux produits et à l’impact sur le public ; il ne faut pas survendre l’utilisation des TICE mais cibler les priorités de base. Google annonce qu’il investira pour 50 millions de dollars dans la recherche au service de l’éducation des populations réfugiées ou déplacées.

Enfin est annoncé le 2ème congrès international des ressources éducatives libres (REL) qui se déroulera à Vienne fin septembre 2017. L’OIEC y sera présent.