AG Arnecao


Du 19 au 24 février, les membres de l’ARNECAO (Association des responsables nationaux de l’enseignement catholique de l’Afrique de l’Ouest), se sont réunis à l’Archevêché de Niamey pour leur Assemblée Générale annuelle. Au cours de cette réunion, chaque participant a présenté son rapport sur la situation de l’enseignement catholique dans son pays : Niger, Sénégal, Bénin, Togo, Mali, Burkina Faso, Côte d’ivoire. Le Nigéria s’est pour la première fois joint à cette rencontre. L’examen de ces rapports montre combien la situation de l’enseignement catholique dans chacun de ces pays est difficile. Les problèmes financiers sont énormes. Dans beaucoup de pays, l’Etat n’aide pas les écoles catholiques, allant jusqu’à considérer, dans certains pays, que les écoles catholiques ne sont là que pour générer des revenus. Parfois les évêques eux-mêmes pensent que l’école doit être une source de rapport pour leur diocèse. L’école ne peut être qu’un service offert par l’Eglise, notamment envers les plus pauvres. On observe une trop grande différence entre les écoles congréganistes et les écoles diocésaines. L’enseignement catholique doit donc dépenser beaucoup d’énergie pour poursuivre sa mission. Il doit bénéficier du soutien et de l’aide de la grande communauté internationale de l’éducation catholique.