19th December 2016

HISTOIRE

L’OIEC (Office international de l’Enseignement Catholique) fut fondé à Lucerne, en Suisse, le 20 septembre 1952. Le document fondateur dit ce qui suit:

“RESOLUTION concernant la fondation de l’Office International de l’Enseignement Catholique. Sous réserve d’approbation par leurs Hiérarchies respectives, les soussignés dont les noms et les qualités sont mentionnés sur la liste de présences, réunis à Lucerne en Assemblée, les 19 et 20 septembre 1952 ont décidé de créer un Office International de l’Enseignement Catholique. Ils ont établi, comme base de leurs relations réciproques et des leurs relations avec l’extérieur le Statut ci-joint. Ils ont choisi, comme président Monseigneur F. op de Coul qu’ils chargent d’exécuter toutes les décisions qu’ils ont prises à Lucerne et de prendre toutes mesures et dispositions utiles et nécessaires pour la mise en oeuvre du but et des moyens d’action de l’Office. Ils ont choisi comme siège de l’Office “Het Rooms Katholiek Centraal Bureau voor Onderwijs en Opvoeding” à La Haye. Ils remettent ces décisions à l’agrément du Saint Siège et décident de passer ensuite sans délai à l’action. Pour l’Allemagne : Mgr W. Böhler et Rév. J.Solzbacher., Pour l’Angleterre: R.A. G. O’Brien., Pour l’ Autriche: Rev. W. Hochbichler., Pour la Belgique: Chan. J.Daem, R.P. R. de la Court S.J. et Prof. O.Peters., Pour les Etats-Unis: R.P.W. MacManus., Pour la France: Chan. M. Descamps., Pour l’Indonésie: R.P. A.Smetsers S.J., Pour l’Irlande: R.P. F. McGrath S.J., Pour l’Italie: R.P. Prof. Dr. V.Sinistrero., Pour le Luxembourg: Rév. A.Turpel., Pour les Pays Bas: Mgr M. F. Op de Coul, R.P. Mag. Dr. J.G.Stokman OFM., Pour la Sarre: M.W. Stutz.

Lucerne le 20 septembre 1952″



Antérieurement déjà, à l’initiative de feu Mgr. Frans Op de Coul, Directeur du secrétariat national de l’Enseignement catholique des Pays-Bas, les directeurs nationaux d’Allemagne, d’Angleterre, de Belgique, de France, d’Italie et des Pays-Bas signèrent le 4 novembre 1950 à La Haye une déclaration manifestant leur volonté de créer un secrétariat mondial pour l’enseignement catholique.

Par l’intermédiaire du Cardinal Jean de Jong, archevêque d’Utrecht et président de la Conférence épiscopale des Pays-Bas, ils sollicitèrent l’approbation de leur initiative par le Saint-Siège et obtinrent un “Nihil Obstat” par lettre signée par Mgr Jean-Baptiste Montini, alors substitut à la Secrétairerie d’Etat du Vatican et futur Pape “Paul VI”. Le Saint-Siège encourageait même très fort cette initiative et insistait sur la plus grande internationalité possible, en demandant d’être tenu au courant des développements futurs.

Forte de ces encouragements, une assemblée générale constituante fut convoquée à Lucerne et vota l’acte constitutif de l’Office International de l’Enseignement Catholique (OIEC). Aux signataires de la Résolution de Lucerne se joignaient très vite ensuite : le Liban, le Brésil, le Canada, le Mexique, le Tanganyika et l’Uruguay.

Les fondateurs avaient plusieurs préoccupations:

  • Une représentativité mondiale réelle, par l’adhésion effective du plus grand nombre de pays où l’enseignement catholique était organisé.
  • Une reconnaissance par les autres O.I.C. (Organisations internationales catholiques) et une participation active à leurs assises.
  • Une reconnaissance par les Nations Unies et leurs services spécialisés : UNESCO, ECOSOC, B.E.I., FAO, etc.
  • Un renforcement de la structuration interne de l’Office lui-même.
  • 1954

    L’Office devint membre de la “Conférence des O.I.C.

    Dès 1954, l’Office devint membre de la “Conférence des O.I.C.” L’année suivante, en 1955, l’Office devint membre du Comité de Continuité de cette Conférence.

  • 1956

    Le Saint Siège a approuvé les statuts de l’OIEC.

    Dès 1956, le Saint Siège a approuvé les statuts de l’OIEC. Des démarches furent immédiatement entreprises pour obtenir une reconnaissance publique internationale. Le 25 avril de 1958, l’UNESCO accepta l’OIEC comme membre avec le statut consultatif, Catégorie B et ensuite, en 1997, il obtint le statut de “relations formelles de consultation”.

  • 1958

    Le Pape Pie XII a reçu en audition aux dirigeants de l’OIEC.

    En septembre 1958 le Pape Pie XII a reçu en audition aux dirigeants de l’OIEC et il les encouragea dans le travail entrepris de coordination et d’animation dans l’enseignement catholique dans le monde.

  • Des contacts furent pris avec la CIEC.

    A la fin des années 50, des contacts furent pris avec la CIEC (Confédération Interaméricaine de l’Enseignement Catholique) Cette collaboration avec la CIEC aboutit à la conclusion d’une convention de reconnaissance réciproque, signée le 28 janvier de 1960, à San José de Costa Rica et ainsi un grand nombre de pays de l’Amérique Latine devinrent membres de l’OIEC.

  • S’initia les communications avec quelques pays de l’Afrique.

    A la même époque, s’initia les communications avec quelques pays de l’Afrique grâce au Chan. Jos. Moerman, directeur du BEC (Bureau de l’Enseignement Catholique du Congo belge) et en 1960 l’Assemblée générale de l’OIEC, réunie à Munich, créa la section Afrique.

  • 1974

    Les statuts furent modifiés et approuvés.

    En juin 1974, à l’assemblée générale extraordinaire de Rome les statuts furent modifiés et approuvés conformément aux normes applicables après le Concile Vatican II. Ces statuts restaient valable jusqu’en 1994 et en cette année une nouvelle assemblée à Rome a modifié et mis à jour ces statuts.